L’Armure Japonaise de Napoléon III

Participez à la restauration emblématique de l’armure de Samouraï offerte par l’avant-dernier Shôgun Iemochi à l’empereur Napoléon III, et bénéficiez de déductions fiscales attractives comme de contreparties sur-mesure !

En 1859, la France signe un accord d’amitié et de commerce avec le Japon, ce qui initie une série d’échanges diplomatiques et de cadeaux à l’occasion de la venue en Europe des ambassadeurs du Japon en 1862 et en 1864. Reçus par l’empereur Napoléon III et l’impératrice Eugénie au palais des Tuileries, les envoyés du Tokugawa Iemochi bénéficient même en 1864 d’une visite du château de Fontainebleau.

L’administration japonaise devait connaître le goût particulier de Napoléon III pour les armures anciennes et décide d’inclure en 1864, parmi la liste des présents apportés par l’ambassade de Ikeda Nagoki, une armure contemporaine de guerrier japonais, de fabrication récente, à l’attention particulière de l’Empereur. Celle-ci correspond à la mode des armures « rétro » (fukkochô), se traduisant par de somptueuses copies du grand harnois de cavalier du début du Japon féodal (XIIIe-XIVe siècles).

Arrivée à Fontainebleau vers 1865, cette armure est installée sous la Troisième République au sein du musée Chinois. Dans les années 1970, lorsqu’il est décidé de restituer ce dernier dans son état Second Empire, l’armure japonaise est mise en réserve. Pendant plus d’un siècle, elle avait été présentée sur un mannequin de fortune sans respecter la logique de montage de ces objets complexes (inversion face et dos de la cuirasse, placement des épaulières au niveau des hanches…). L’armure présente donc un fort empoussiérement, mais également différents désordres structurels et superficiels.

 À ce titre, cet objet mérite une restauration complète afin d’être présenté au grand public dans les meilleures conditions, d’en faire comprendre la qualité comme l’importance, mais également d’enrichir la compréhension des relations entre l’Occident et le Japon au XIXe siècle.

Cette opération complexe de restauration est le préalable à l’installation sur un mannequin. La présentation de l’objet dans le musée Chinois s’effectuera selon la tradition japonaise, à savoir l’armure placée « assise » sur une caisse. Une vitrine spécifique à structure en bois et verre extra-clair avec filtre antiultraviolets sera spécialement fabriquée afin de s’harmoniser avec le mobilier ancien du musée Chinois.

La restauration envisagée permettra de sauvegarder et valoriser cet objet unique qui sera alors dévoilé au grand public.

OBJECTIF : 50 000 

 
 

L'armure en images...

Ticket blanc

Billets et tarifs

Billetterie

Billetterie

Horaires d'ouvertures

Le château

Le château est ouvert tous les jours, sauf le mardi, le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre.

D’octobre à mars : 9h30 à 17h (dernier accès à 16h15).

D’avril à septembre : 9h30 à 18h (dernier accès à 17h15).

Le parc et les jardins sont ouverts, dans les conditions habituelles, gratuitement.

Covid-19 : Suite aux annonces gouvernementales, un passe sanitaire valide est exigé à l’entrée du château, à partir de 18 ans, puis à partir de 12 ans dès le 30 septembre. Les espaces extérieurs sont librement accessibles sans passe sanitaire. Le port du masque à partir de 11 ans et la réservation d'un créneau d'horaire d'accès horodaté restent obligatoires. Le château de Fontainebleau sera heureux de vous accueillir, dans le respect des règles sanitaires en vigueur.

Venir au château

    Calcul de l'itinéraire jusqu'au Château de Fontainebleau