Le Danseur de saltarelle

Le Danseur de saltarelle - château de Fontainebleau

Justin Chrysostome SANSON (Nemours, 1833 – Paris, 1910) et Victor Thiébaut (Paris, 1828 – ?, 1888)
1866 (entrée à Fontainebleau en 1876)
Bronze
H. 168 cm ; L. 68 cm
RF 211 – Dépôt du musée d’Orsay, Paris
Château de Fontainebleau, Jardin de Diane

Un sculpteur et un fondeur

Justin-Chrysostome Sanson naît en 1833, à Nemours, ville à laquelle il restera attaché toute sa vie. Élevé au sein d’un milieu modeste, il entre à 15 ans, dans l’École Communale de dessin et de sculpture de Paris où il se fait remarquer par son directeur, M. Lequien. Il est reçu en 1854 à l’École des Beaux-arts de Paris et entre dans l’atelier de François Jouffroy qu’il fréquente jusqu’en 1861 date à laquelle il obtient le Grand Prix de Rome de sculpture. Entre 1862 et 1867, Sanson séjourne à la Villa Médicis.
De santé fragile, Sanson ne peut fournir un rythme soutenu de travail et ses envois à Paris se raréfient à partir de 1865. Cependant, son Danseur de Salterello réalisé en 1865 et sa Suzanne au bain en 1866 comptent parmi ses plus belles œuvres. Elles reçoivent un très bon accueil du jury de l’Académie de France à Rome. 

L’artiste très attaché à son Danseur qu’il considère comme son chef d’œuvre garde d’ailleurs, jusqu’à sa mort, dans son atelier, le plâtre réalisé à Rome. Sanson, qui est aussi un des créateurs du château-musée de Nemours, y lègue une partie de sa collection. Ainsi, la sculpture de plâtre tant aimée par l’artiste y est présentée aujourd’hui.
Le fondeur Victor Thiébaut, qui réalise le bronze du Danseur de saltarelle, est quant à lui actif de 1844 à 1870. Il a travaillé avec des sculpteurs célèbre comme Jean-Baptiste Carpeaux ou encore David d’Angers, etc.

 
Un chef d’œuvre érudit.

Suivant la genèse habituelle à l’époque, le plâtre original du Danseur a été présenté au Salon de 1866 où il est primé, puis la version de bronze à l’Exposition universelle de 1867 avant de rejoindre Fontainebleau en 1876 où elle remplace dans le jardin de Diane (où elle est toujours) une statue de nymphe, alors très abîmée. Cette œuvre en bronze, réalisée en fonte au sable puis patinée, est signée par le sculpteur (J. Sanson 1865) et par le fondeur (Fondu par Vor Thiébaut). Lorsque Sanson apprend que « son » Danseur agrémente les jardins de Fontainebleau, il fut, en enfant local, fier et comblé.

La Saltarelle, danse joyeuse à trois temps, est développée au XIIIe siècle à partir de la « gaillarde » de Naples. Elle fut particulièrement en vogue au XVe siècle. De plus, marqué par le courant néo-florentin en vogue à la Villa Médicis à cette époque, Sanson restitue la grâce, le naturel, le mouvement et la légèreté de la danse comme des maîtres italiens. Le pied du bel éphèbe dépassant du socle est l’amorce d’un corps en mouvement constant. L’esprit du génie baroque florentin du XVIe siècle est rendu avec éclat et virtuosité. Ce chef d’œuvre aussi « nemourien » que romain rappelle aussi la Danse de Carpeaux pour l’Opéra Garnier datant de la même époque.

 

Bibliographie
Valdenaire, Arnaud, Justin-Chrysostome Sanson : un scuplteur à Nemours (1833-1910) : rétrospective du centenaire de sa disparition, édité par la Ville de Nemours, 2010, 30p.

Ticket blanc

Billets et tarifs

Billetterie

Billetterie

INFORMATIONS COVID-19

Entrée libre et gratuite au château du 1er au 6 juillet inclus.

Le port du masque est obligatoire à partir de 11 ans.

Le circuit de visite a été adapté. Sont accessibles : la galerie des Fastes, l'appartement du Pape, la galerie François 1er et les salles Saint Louis. La sortie se fait par la cour Ovale, exceptionnellement ouverte pour l'occasion.

Venir au château

Calcul de l'itinéraire jusqu'au Château de Fontainebleau