Dans l’intimité des souverains

Uniquement sur visite guidée

À l’écart des grandes salles d’apparat du premier étage dévolues à la vie publique, les souverains ont aménagé des lieux de vie plus intimes et confortables, réservés aux plaisirs et divertissements d’une société choisie.

Chambre de Madame de Maintenon-Château de Fontainebleau de (c) H. Maertens

L’appartement de Madame de Maintenon

Aménagé au premier étage de la porte Dorée, sous les caissons sculptés d’une loggia de la Renaissance, l’appartement de Madame de Maintenon a conservé cette appellation en mémoire de la seconde épouse de Louis XIV qui s’y installa en 1686. Privée du titre de Reine, Madame de Maintenon n’en bénéficiait pas moins d’un appartement d’exception, situé à proximité immédiate de celui du Roi. Décoré de boiseries sculptées et dorées, ainsi que de miroirs, il est composé d’une antichambre, d’une chambre à coucher et d’un cabinet de travail. Conservant le souvenir des événements politiques de première importance qui s’y sont déroulés sous le règne de Louis XIV, l’appartement fut soigneusement remeublé au XIXe siècle, afin de le remettre « dans l’état où Madame de Maintenon l’avait habité ». Si le résultat de ce remeublement peut nous paraître pour le moins fantaisiste, il témoigne d’une remarquable tentative de mise en accord du lieu avec son passé.

Les Petits Appartements de Napoléon Ier

Si le premier étage du château est entièrement dévolu à l’apparat indispensable à l’exercice du pouvoir, le rez-de-chaussée est adapté à la vie quotidienne des souverains, voire à leur intimité. Par opposition aux « Grands Appartements » de l’étage, les « Petits Appartements » présentent une facette différente de la vie des monarques. Datant du règne de Louis XV, qui y fit installer une série de petits cabinets réservés à son usage, les Petits Appartements résultèrent de la volonté de Napoléon Ier d’investir l’intégralité de ces 24 salles, et de créer de véritables appartements « ordinaires » rassemblant entre autres salons de réception, chambre à coucher, bibliothèque et cabinet topographique. Un escalier d’acajou et des passages intérieurs permettent de relier ces enfilades de salles élégantes et privées, lieux de commodités des souverains, aux Grands Appartements de l’étage.

Boudoir Turc

Le boudoir Turc

Encore plus secret que le boudoir d’Argent du premier étage, le boudoir Turc de Marie-Antoinette constitue une sorte de cadeau offert par Louis XVI à son épouse. Situé au-dessus de la chambre de parade, il se présente comme un lieu de retrait raffiné autorisant la reine à « bouder » la pesanteur de la cour. Son décor résulte du goût pour l’exotisme et de la fascination pour l’Orient. Il a de « turc » ses ornements de turbans, cassolettes, brûle-parfums, rangs de perles, croissants de lune et épis de maïs. Son mobilier du XVIIIe siècle a disparu à la Révolution. Réaménagé par l’Impératrice Joséphine au début du XIXe siècle, il est remeublé en petite chambre à coucher prolongeant l’imaginaire à connotation orientale des décors muraux.

Le salon chinois de l’Impératrice Eugénie

Aussi célèbres que précieux, les salons et le musée Chinois aménagés sur ordre d’Eugénie en 1863 renferment d’exceptionnelles collections extrême-orientales mises en scène par l’Impératrice. Celles-ci proviennent à la fois du garde-meuble impérial, d’acquisitions effectuées par Napoléon III et Eugénie, et du sac du Palais d’Été de Pékin par le corps expéditionnaire franco-britannique en 1860. À ce foisonnement insolite et curieux de porcelaines, de jades et d’objets liturgiques bouddhistes, furent ajoutés les cadeaux diplomatiques de l’ambassade de Siam, reçue en 1861 par l’Empereur et l’Impératrice dans la salle de Bal de Fontainebleau. Accolé à un salon dans lequel Eugénie rassemblait une société intime adonnée aux divertissements, l’ensemble forme une scénographie unique et étonnante, consacrant ce « musée Chinois » en dernier cabinet de curiosités de l’histoire du château.

Le théâtre de Napoléon III

En 1857, est inaugurée la salle neuve du théâtre commandé par l’Empereur à l’architecte Hector Lefuel. Sa livraison arrive à point, car l’ancienne salle de la Belle-Cheminée a brûlé pendant les travaux du nouveau théâtre. Inspiré du petit théâtre de la Reine Marie-Antoinette à Trianon, ce dernier théâtre de cour de l’Histoire de France – magistralement restauré en 2019 – vient se loger dans un bâtiment d’époque Louis XV dû à Gabriel. Son étoffe de soie bouton d’or, exaltant la brillance des galeries pour les délassements feutrés de la cour, en fait l’une des salles les plus impressionnantes du palais.

Ticket blanc

Billets et tarifs

Billetterie

Billetterie

Horaires d'ouvertures

Le château

Le château est ouvert tous les jours, sauf le mardi, le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre.

D’octobre à mars : 9h30 à 17h00 (dernier accès à 16h15).

D’avril à septembre : 9h30 à 18h00 (dernier accès à 17h15).

 

Covid-19 : Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus, le château de Fontainebleau est fermé jusqu’à nouvel ordre.

Le parc et les jardins resteront ouverts, dans les conditions habituelles. En raison de travaux, la grille de Maintenon sera fermée jusqu’à nouvel ordre et le Grand Parterre sera inaccessible depuis la cour de la Fontaine pendant deux mois.

Pour des raisons de sécurité, la cour d’Honneur sera fermée à compter du vendredi 13 novembre, jusqu’à la fin du confinement.

Venir au château

Calcul de l'itinéraire jusqu'au Château de Fontainebleau