La bibliothèque palatiale

Une bibliothèque, affectée à l’usage de l’ensemble des habitants et usagers du palais impérial, trouvait place dans chacune des résidences, dès les premières années du Premier Empire.

D’abord installée dans la chapelle Saint-Saturnin en 1807, la bibliothèque du palais a traversé plus de quatre décennies d’existence dans cet espace singulier avant de subir un premier déménagement en 1851 pour se redéployer à l’emplacement de la prestigieuse librairie royale de la Renaissance, au-dessus de la galerie François Ier. Ces deux premiers aménagements ont aujourd’hui disparu.

En revanche, la dernière installation, engagée en 1858 par le bibliothécaire Jacques-Joseph Champollion-Figeac à la demande de Napoléon III, est celle qui s’offre encore à notre regard dans la galerie de Diane.

Quelque 20 000 volumes ont alors pris place dans les seize corps de bibliothèque, réalisés par l’architecte Alexis Paccard et placés entre les portes et les fenêtres de la galerie, et dans les deux longs meubles bas de la partie centrale. Quatre meubles disposés dans le « salon du Roi de Rome » à l’extrémité de la galerie ont complété cet ensemble.

Constituées initialement à partir des fonds de la bibliothèque du Conseil d’État, dont le transfert a été ordonné par Napoléon Ier en 1806, les collections de la bibliothèque palatiale ont bénéficié de constants enrichissements tout au long du XIXe siècle. Toutes les disciplines (théologie, jurisprudence, histoire, voyages, littérature, sciences et arts) étaient représentées dès l’origine.

Les acquisitions, destinées tant à satisfaire les exigences des plus érudits qu’à répondre aux besoins des différents usagers, se sont caractérisées par une grande variété : livres anciens, ouvrages spécialisés, romans à la mode, livres d’images ou journaux…

Détails de bibliothèque palatiale
Bibliothèque de la galerie de Diane, détail

Les pratiques de prêt ont été mises en place dès le Premier Empire et se sont perfectionnées jusqu’en 1870, préfigurant en quelque sorte le fonctionnement de nos actuelles bibliothèques de lecture publique. Les registres de prêt nous éclairent sur l’évolution des goûts en matière de lecture. Ils permettent, par exemple, de constater la popularité progressive du roman réaliste à partir des années 1830.

Fréquentées jusqu’à la fin du Second Empire par les milliers de résidents des palais et des personnalités invitées venant d’horizons divers, les bibliothèques palatiales disparaissent progressivement après 1870, avec la Cour et le personnel qui en dépendait. La bibliothèque de Fontainebleau est le seul exemple qui a subsisté, dans un état historique par ailleurs bien documenté.

Sa qualité de témoignage historique ainsi que la richesse des collections qui la composent confèrent à la bibliothèque de Fontainebleau un statut exceptionnel.

Ticket blanc

Billets et tarifs

Billetterie

Billetterie

INFORMATIONS COVID-19

Entrée libre et gratuite au château du 1er au 6 juillet inclus.

Le port du masque est obligatoire à partir de 11 ans.

Le circuit de visite a été adapté. Sont accessibles : la galerie des Fastes, l'appartement du Pape, la galerie François 1er et les salles Saint Louis. La sortie se fait par la cour Ovale, exceptionnellement ouverte pour l'occasion.

Venir au château

Calcul de l'itinéraire jusqu'au Château de Fontainebleau