Les salles Renaissance

Davantage qu’une maison d’habitation royale parmi tant d’autres, Fontainebleau doit sa renommée aux grands décors artistiques réalisés à la demande de François Ier, et que chaque souverain jusqu’au XIXe siècle prendra soin de précieusement conserver. Trois salles historiques remarquables, intégrées à l’appartement du roi, constituent en effet les plus grands vestiges décoratifs de la Renaissance française, telle que les artistes italiens invités par François Ier en ont importé les principes.

renaissance française

La galerie François Ier

Située au premier étage d’un bâtiment reliant le logis du donjon à l’église du couvent des Trinitaires, la galerie François Ier est la salle Renaissance la plus emblématique du château de Fontainebleau. Pour la première fois en France est alors créée une galerie de cette ampleur, mêlant dans une extraordinaire abondance, lambris de bois sculpté, putti, fruits et cartouches de stuc aux motifs de cuirs enroulés, formant un encadrement profus à des compartiments peints à fresque.
C’est au peintre florentin Rosso Fiorentino qu’est revenue, dans les années 1530, la conception de ce décor sans réel précédent et sans véritable héritier, convoquant aussi bien le langage allégorique que les textes antiques de l’Histoire ou de la mythologie.
Cette galerie a d’abord une fonction privée, le roi François Ier en conservant la clé autour du cou et y donnant accès directement depuis sa chambre.
Manifeste de la Renaissance française où sont initiées les formules maniéristes qui feront école à Fontainebleau, elle ne devient un lieu public qu’avec le déplacement, à la fin du XVIe siècle, de la chambre du Roi.

La chambre de la duchesse d’Étampes

Favorite de François Ier, Anne de Pisseleu, duchesse d’Étampes, bénéficie d’une chambre située immédiatement à proximité de celle du souverain. « La plus belle des savantes » dispose en outre d’un exceptionnel décor dû au Primatice qui réalise, entre 1541 et 1544, les précieuses effigies de stuc, longues et élégantes, qui scandent avec harmonie les peintures à fresque narrant les amours d’Alexandre le grand.
Le décor est plus tard complété par Nicollo dell’Abbate. Converti en escalier du Roi en 1748-1749 par Louis XV, une partie du décor mural est alors conservé, avant d’être restauré et exhaussé, sous Louis-Philippe, d’une fausse-voûte néo-Renaissance à la voussure ornée de cartouches en relief, de guirlandes de fruits et de mascarons inspirés librement de la galerie François Ier.

renaissance française
renaissance française

La salle de Bal

Située entre la cour Ovale et les jardins, cette somptueuse salle de Bal aux piliers habillés de lambris de chêne à pilastres cannelés est l’une des pièces les plus remarquables du château de Fontainebleau.
Décorée au XVIe siècle sous le règne d’Henri II, elle offrait au palais une salle des fêtes pérenne et resplendissante, dédiée aux festivités de la cour des Valois. Le riche plafond à caissons est couvert des emblèmes lunaires et de la devise du roi. Quant aux peintures mythologiques, elles furent réalisées à fresque par Nicolo dell’Abbate sous la direction de Primatice. Ses  lustres et bras de lumière de bronze doré, exécutés en 1837 sous le règne de Louis-Philippe, mettent en valeur ce décor unique qu’Ingres qualifiait de « Vatican français ».

Ticket blanc

Billets et tarifs

Billetterie

Billetterie

Horaires d'ouvertures

Le château

Le château est ouvert tous les jours, sauf le mardi, le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre.

D’octobre à mars: 9h30 à 17h00 (dernier accès à 16h15).

D’avril à septembre: 9h30 à 18h00 (dernier accès à 17h15).

Le port du masque est obligatoire à partir de 11 ans.

Ouverture exceptionnelle du château le 14 juillet !

Le circuit de visite est entièrement accessible, à l'exception du musée Napoléon Ier, de la salle de Bal et du musée Chinois. À titre compensatoire, la sortie se fait par la cour Ovale, exceptionnellement ouverte pour l'occasion.

Venir au château

Calcul de l'itinéraire jusqu'au Château de Fontainebleau