Un musée du Premier Empire : Le musée Napoléon Ier

(Compris dans le billet d’entrée)

À proximité immédiate de la cour d’Honneur où Napoléon Ier fit ses adieux à sa vieille garde le 20 avril 1814, s’élève un musée entièrement dédié au premier Empire (1804-1814). Rassemblant une exceptionnelle collection de meubles, d’objets d’art, de tableaux, de sculptures, d’armes, de costumes, de céramiques, ce musée est voué à la présentation, à travers plus de 500 œuvres, des dix années du règne de Napoléon Ier. Aménagé en 1986 dans l’aile Louis XV du château, au sein des anciens locaux de l’École militaire spéciale de Fontainebleau, ces 10 salles muséales vous feront découvrir l’épopée napoléonienne, des marches du sacre de 1804 à l’abdication de Fontainebleau en avril 1814.

Napoléon Ier en costume de sacre. GERARD, Baron François (1770 - 1837)

Napoléon Ier et son emprise sur l’Europe

De l’iconique portrait d’apparat de Napoléon Ier en costume de sacre, réalisé en 1805 par François Gérard, à la galerie de portraits des frères et sœurs de l’Empereur représentés en rois et reines des états européens qui leur furent accordés, le musée présente le système de domination mis en place par Napoléon Ier, Empereur des Français et Roi d’Italie, et les rouages du pouvoir par lesquels il s’assura la maîtrise de son Empire.

Les fastes de la table impériale

La table, lieu du spectacle du pouvoir depuis l’Ancien Régime, devient pour l’Empereur l’enjeu d’une mise en scène en grande pompe de son régime renouant avec la tradition monarchique. Évoluant dans les codes de l’ancienne monarchie, l’Empereur ressuscite, à l’occasion de son mariage avec Marie-Louise le 1er avril 1810, un « grand couvert » d’apparat où l’Étiquette monarchique règne autour d’une table dressée avec le grand vermeil, dont quelques pièces exceptionnelles sont présentées dans les vitrines.

Les arts décoratifs au service de l’Empire

Assainissant l’économie française par la création du « Franc Germinal », Napoléon Ier ravive les grandes manufactures françaises au service de son hégémonie européenne, comme la manufacture de porcelaine de Sèvres, promue vitrine de l’excellence française en Europe. Entreprises privées et manufactures deviennent fournisseuses de la famille impériale et Paris s’impose en capitale du « luxe », prodigue en trésors artistiques présentés dans les salles.

Napoléon et Marie-Louise

Comment fonder une quatrième dynastie française sans héritier ? Si la figure de Joséphine de Beauharnais est évoquée dans la première salle par le somptueux portrait de François Gérard, c’est la seconde épouse de l’Empereur, la jeune princesse autrichienne Marie-Louise, qui est surtout mise à l’honneur dans le musée. Contraint de divorcer en 1809 de sa première épouse, Napoléon éprouve les vertiges du pouvoir en s’alliant, en 1810, à l’une des plus anciennes familles régnantes d’Europe : les Habsbourg.

Musée Napoléon Fontainebleau
Musée Napoléon Fontainebleau

L’héritier de l’Empire

Le berceau en orme par Thomire-Duterme, qui a figuré dans la chambre à coucher du palais des Tuileries, ainsi que les tableaux consacrés au fils de Napoléon Ier et la collection de jouets offerts à l’enfant pour parfaire son éducation, permettront de découvrir la figure historique de Napoléon-Joseph-Charles, né aux Tuileries le 20 mars 1811 après un accouchement difficile de Marie-Louise. Ayant reçu, avant même sa naissance, le titre de « Roi de Rome », l’enfant destiné à devenir Napoléon II ne règnera jamais. L’avant-dernière salle du musée présente sa destinée après la chute de l’Empire.

La chute de l’Empire et les Adieux de Fontainebleau

En 1814, l’invasion de la France par les puissances alliées, ainsi que la capitulation de Paris au mois de mars, poussent Napoléon à se réfugier à Fontainebleau et à y signer son abdication. Ayant tout perdu, il ne lui reste plus qu’à mettre en scène ses adieux et son départ pour l’île d’Elbe, après une mémorable descente de l’escalier en Fer-à-cheval qu’il avait gravi avec enthousiasme dix ans plus tôt. Une évocation de la naissance de la légende napoléonienne, le présentant en Prométhée errant sur le rocher de Sainte-Hélène, permettra de conclure la trajectoire de cet anonyme soldat corse devenu, à la faveur de la Révolution, le maître absolu de l’Europe.

La chute de l'Empire

Vivez l'expérience

Billetterie et évenements

Boutique

Pour aller plus loin

Ticket blanc

Billets et tarifs

Billetterie

Billetterie

Horaires d'ouvertures

Le château

Le château est ouvert tous les jours, sauf le mardi, le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre.

D’octobre à mars : 9h30 à 17h00 (dernier accès à 16h15).

D’avril à septembre : 9h30 à 18h00 (dernier accès à 17h15).

 

Le port du masque est obligatoire à partir de 11 ans, dans le château et les jardins, sous peine d'exclusion.

Il n'est pas nécessaire de réserver de créneau de visite pour le château, ni pour les jardins.

Le circuit de visite est entièrement accessible, à l'exception de la salle de Bal et du musée Chinois. La cour Ovale est exceptionnellement ouverte.

Venir au château

Calcul de l'itinéraire jusqu'au Château de Fontainebleau